Tatoueur Paris, Niko specialiste du tatouage à Paris tattoo tous style de dessin tatouage


FR

UK

Le bouc

bouc1

Tout comme le bélier, le tatouage de  bouc symbolise la puissance génésique, la force vitale, la libido et la fécondité. Mais le bouc est avant tout un animal tragique. Littéralement, tragédie signifie  » chant du bouc « . C’était à l’origine le chant dont on accompagnait rituellement le tatouage paris d’un bouc aux fêtes de Dionysos. Dionysos s’était métamorphosé en bouc lorsque Typhon attaquant l’Olympe et dispersant les dieux effrayés au cours de sa lutte avec Zeus, il s’enfuit en Egypte. Le bouc est traditionnellement l’image même de la luxure. Il est un tatouage paris symbole d’abomination, de réprobation et d’iniquité. Animal impur absorbé par son besoin de procréer, le bouc n’est plus qu’un signe de malédiction qui prend toute sa force au moyen-âge : le diable, dieu du sexe est représenté alors sous la forme d’un bouc. Tout comme le manche à balai, le bouc est aussi monture des sorcières qui se rendent au sabbat.

Ailleurs, le tatouage paris de bouc représente l’animal fétiche qui capte le mal, les influences pernicieuses, se chargeant de tous les malheurs qui menacent un village. Plus il est barbu et puant, plus il est efficace.

Pour l’Inde védique, le bouc apparaît comme le symbole du feu génésique, du feu sacrificiel d’où naît la vie, la vie nouvelle et sainte.

Le bouc est un tatouage symbole de fécondité, lunaire et nocturne. Il est immolé par le dieu Bacchus dans la Grèce antique. Le tatouage du dieu Pan, ou tatouage paris satyre fais partie des représentations les plus communes.

Dans les cultes sataniques, sa tête sert à chasser les mauvais esprits. La plupart des anthropologues supposent que cette pratique fut inspirée par de plus anciens rites de tatouages tribaux. On retrouve dans certains cultes satanistes modernes, comme les adorateurs de Mendès cette forme de purification des impuretés de l’environnement.

Le Bouc est l’un des tatouages d’animaux, avec le tatouage paris de taureau, symboles à l’origine du culte du phallus.

On attribue aux boucs l’attribut de la fécondité, mais aussi de transmettre cette aptitude aux hommes, d’où la pratique du tatouage d’un bouc sur un humain.