Tatoueur Paris, Niko specialiste du tatouage à Paris tattoo tous style de dessin tatouage


FR

UK

Niko – Kustom Tattoo Paris

« Cinquante pour-cent de mes clients n’ont aucune idée de ce qu’ils veulent … sice n’est un tatouage. Ils poussent la porte de mon studio et j’essaie d’ouvrir leur esprit sur les possibilités du tatouage. « Pour Niko, tatoueur à Paris au sein de Kustom Tattoo, ce scénario est des plus prometteurs. »Nous travaillons ensemble, nous apprenons l’un de l’autre et nous essayons de créer quelque chose d’unique. Ce processus set celui qui apporte les meilleurs résultats » commente Niko. Cependant, Niko, tatoueur, s’empresse d’ajouter qu’il n’est pas en train de réinventer la roue. « J’essaie de revenir vers les classiques. J’aime les peintres tels que Delacroix, Van Dyke, Munch et Dali ainsi que les impressionnistes en général.  » En s’inspirant de ces artistes bourrés d’imagination, Niko estime que le tatoueur est ainsi capable d’orienter son art vers des directions nouvelles et imprévues.

Le fait d’ouvrir un studio Kustom Tattoo à Paris, France, a permis à Niko, tatoueur d’utiliser les courants artistiques sous-jacents dans sa culture. « Je suis un jeune tatoueur et j’ai besoin de grandir dans le domaine artistique » dit-il. Niko a suivi des cours à l’Académie des beaux-arts à Paris, afin de parfaire son éducation en ce qui concerne la proportion et la profondeur. Avant ces cours, Niko avait tendance à pratiquer un style largement influencé par la culture des B.D. Heavy Metal. « Je me suis passionné dès mon plus jeune age. C’est à six ou sept ans que j’ai découvert les B.D. » précise Niko. Bien que cette influence se retrouve dans son tatouageNiko souligne qu’il ne souhaite pas se cantonner à un style particulier. « Il est très important pour moi d’essayer de réaliser ce que me demande le client. C’est pourquoi, je ne souhaite pas se cantonner à un style particulier. « Il est très important pour moi d’essayer de réaliser ce que me demande le client. C’est pourquoi je souhaite continuer à me diversifier en mélangeant les styles pour satisfaire les besoins de mes clients et les aider à concrétiser leur idées. »

Niko dit encore que « certains clients s’adressent à un artiste parce qu’ils apprécient sont style. Je refuse de me piéger de la sorte. Cela ne me plairait pas de faire toujours la même chose. La diversité est ce qui motive et augmente ma créativité. » Pour ce faire, il arrive que Niko étudie une certaine technique pendant des mois pour en maîtriser chacun des aspects. Il rencontre aussi régulièrement d’autre tatoueurs parisiens afin de mettre leurs idées en commun et discuter de leur espoirs et de leurs rêves pour le futur du tatouage dans leur région. « A Paris, le tatouage est à la mode en ce moment, un peu comme dans les années 1990 en Amérique. Les gens sentent qu’il y a de l’argent à gagner et ils ouvrent des studios à tous les coins de rue. C’est l’un des aspects les plus tristes de la popularité accrue du tatouage. Du coté positif, il faut noter que les Français commencent à accepter le tatouage comme une occupation légitime et un art. Cela a fait augmenter le nombre potentiel de clients » explique Niko. Interrogé sur le fonctionnement de son studio : Kustom Tattoo, Niko indique que les avantages de la méthode personnalisée lui valent un accroissement de sa clientèle. A Paris, les gens ont le choix entre des studios qui offrent du flash à tout venant et ceux qui ont une approche plus créative, comme Kustom Tattoo.

Le résultat est que les clients sérieux préfèrent sa méthode. « Je ris à la face des tatoueurs qui ne travaillent que pour gagner de l’argent » dit-il. « Ils passeront une dizaine de minutes à essayer de convaincre quelqu’un de se faire tatouer, tandis que je consacre des jours à dessiner pour un seul client. Au bout du compte, celui qui m’aura choisi s’en félicitera. » Cette façon d’opérer basée sur la qualité a permis à Niko d’accroître ses compétences, car on lui demande constamment de faire mieux et de produire des tatouages de bonne facture. Pour l’avenir, Niko poursuit avec énergie plusieurs objectifs. Tout d’abord, au mois de janvier 2004, il a ouvert un plus grand studio qu’il va tenir avec son apprenti et une longue liste d’artistes invités du monde entier. Le studio actuel restera ouvert pour servir d’espace personnel de travail à Niko. En plus de ces projets, Niko a l’intention de participer à de nombreuses conventions de tatouage, notamment celle très attendue de Strasbourg, France, au mois d’octobre 2004. Il partira également en Californie pour travailler en tant qu’invité dans plusieurs studios. Niko est impatient de s’élancer vers de nouveaux horizons pour la raison suivante, « je n’ai pas pu partir a l’étranger ces dernières années, car il était important que je fasse un succès de Kustom Tattoo. Alors qu’avant je voyageais de par le monde en avion, je voyage maintenant sur la peau de mes clients! »